Un projet personnel commence par connaître ses limites et par accepter que nous ne sommes pas capables de tout faire. J’aimerai être irréprochable dans mon quotidien mais je sais qu’agir est déjà une belle réussite. Dans ma démarche Zéro Déchet, je n’atteindrais pas la perfection et je ne le cherche pas. Je m’améliore et pour m’aider, je connais l’importance des petits gestes. Un déchet en moins est une victoire dont je suis fière.

Posséder la connaissance ne suffit pas toujours pour mettre en place les gestes. J’ai étudié les conséquences de l’activité de l’homme sur notre Planète. Je suis plus que sensible aux dégâts générés. Et en tant que maman, je me pose des questions sur l’avenir de mes enfants. Malgré cela, je suis loin d’être irréprochable dans mon style de vie pour protéger l’environnement.

Je ne suis ni végétarienne ni vegan même si je connais les désastres de l’élevage intensif des viandes carnées. J’aime la viande, surtout un bon steak saignant. Pour autant, je n’en mange pas à tous les repas. Je fais attention à leurs provenances et notamment aux produits injectés à l’animal. Non aux hormones, nitrites, MGS..

Cows – copyright TheDigitalArtist.

Je ne suis pas contre le plastique. Il faut bien se l’avouer, le plastique a grandement amélioré notre quotidien. Nos Ipads, smartphones … les voitures … sont composés en grande partie de plastique. Mais quand cette matière a pour seule fonction un usage unique, c’est un vrai désastre écologique. Sans évoquer son pseudo recyclage … Dès les achats, je cherche les alternatives au plastique – boîtes en verre, achat en vrac, emballage en papier …

Je ne vais pas vous montrer une image d’un bocal rempli avec ma production annuelle de déchets… J’en suis loin, voire j’ai fortement regressé depuis la CoVid.  Mon objectif est de réduire au maximum mes déchets. Pour cela, je fais attention lors de mes courses – légumes et fruits achetés individuellement et transportés dans mes sacs réutilisables, boîtes en plastiques pour la viande et le poisson…

Une année de déchet dans un bocal –

J’achète sur la Grande enseigne en ligne … J’ai choisi la facilité pour d’un côté limiter mon impact. J’aimerais faire autrement mais c’est difficile de trouver certains produits. D’autant plus qu’en vous n’avez pas vos repères. J’espère dans un futur proche pouvoir acheter localement pour préparer mes produits ménagers. Alors je continue encore ma recherche dans les magasins autour de chez moi. 

J’aime voyager … donc je pollue. Découvrir de nouveaux paysages, de nouvelles cuisines,… autant de richesses que nous offre notre planète et que je veux explorer sans être devant un écran. Mes deux passions m’ont ainsi amené à visiter le Costa Rica, l’un des pays les plus écologiques au monde. J’ai été émerveillée autant par la beauté de ce pays que par les actions mises en œuvre pour protéger les écosystèmes.


Dans les nuages – copyright Arnaud L.

Pour finir, je ne suis pas une guerrière qui va abattre des murs pour ses convictions … qui va à l’encontre des demandes qui peuvent affecter mes enfants … qui fait des discours chocs pour faire bouger les foules. Soit je n’abandonne pas quand je sais que je suis dans le vrai.

Simplement, je me sens plus l’âme d’un colibri qui fait des millions de petits gestes, qui fait sa part et surtout qui fait de son mieux. (référence à la légende Quechua.)